« Siphonner » une étoile : reconstitution par laser

Une collaboration internationale est parvenue à reproduire, en laboratoire, les phénomènes physiques extrêmes observés dans des systèmes de deux étoiles qualifiées de « variables cataclysmiques magnétiques ». Dans ces systèmes, une « naine blanche », étoile extrêmement dense, aspire par gravitation la matière d’une seconde étoile voisine qui émet alors un rayonnement très énergétique lorsqu’elle atteint la surface de l’étoile dense.

Une collaboration internationale est parvenue à reproduire, en laboratoire, les phénomènes physiques extrêmes observés dans des systèmes de deux étoiles qualifiées de « variables cataclysmiques magnétiques ». Dans ces systèmes, une « naine blanche », étoile extrêmement dense, aspire par gravitation la matière d’une seconde étoile voisine qui émet alors un rayonnement très énergétique lorsqu’elle atteint la surface de l’étoile dense. Pour reproduire ces phénomènes en laboratoire, les chercheurs ont utilisé le laser de puissance Orion basé au Royaume-U ni qui leur a permis de vaporiser une cible millimétrique sur un temps très court (un milliardième de seconde) pour créer des phénomènes équivalents à ceux qui se produisent aux pôles d’une naine blanche. La collaboration, qui a mobilisé les compétences du CEA, de l’École polytechnique, du CNRS, de l’Observatoire de Paris, de l’Université Paris Diderot et de l’Université Pierre et Marie Curie, publie ces résultats dans Nature Communications lundi 13 juin.

Voir en ligne : Siphoner une étoile